Ce qu’il faut savoir sur le cancer colorectal

Le cancer colorectal survient dans la plupart des cas dans le gros intestin (côlon) ou le rectum et seulement rarement dans l’intestin grêle. C’est pourquoi on entend en général par cancer colorectalle cancer du gros intestin ou du rectum. Il est également appelé carcinome colorectal. Le cancer du gros intestin et du rectum est fréquent et c’est le troisième type de cancer le plus fréquent en Suisse. Environ 95% des cancers colorectaux se produisent dans la muqueuse intestinale. Ils commencent sous forme de polypes qui ont besoin d’environ 10 ans pour se développer en un cancer. La plupart des gens sont âgés de plus de 50 ans au moment du diagnostic. Si le cancer de l’intestin est découvert à un stade précoce, il est curable dans la plupart des cas. C’est pourquoi l’identification précoce est très importante.

4400

Chaque année, près de 4400 personnes en Suisse se voient diagnostiquer un carcinome colorectal, et environ 1650 personnes en meurent.

1850000

En 2018, dans le monde entier environ 1'850’000 carcinomes colorectaux sont enregistrés, et plus de 880’000 patients en sont morts.


Le cancer du gros intestin ou du rectum survient surtout chez les adultes de plus de 50 ans. Le ratio de maladie des hommes par rapport aux femmes est de 4:3.

Comment se produit le cancer colorectal?

La plupart du temps, le cancer de l’intestin se développe de manière bénigueuse de la muqueuse à l’intérieur du gros intestin ou de l’endouche. Ces excroissances sont appelées polypes. Certains types de polypes peuvent se transformer au fil du temps (normalement de nombreuses années) en cancers, mais tous les polypes ne sont pas cancéreux.

Signes et symptômes

Les carcinomes colorectaux croissent lentement. Il ne cause pas de troubles pendant une longue période. Une fois qu’ils ont atteint une certaine taille, ils peuvent déclencher un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • des changements dans les habitudes en matière de défécation (p. ex. une diarrhée ou une constipation soudaine ou une alternance entre les deux)
  • Envie d’aller à selle sans défécation
  • hémorragie rectale avec sang rouge clair
  • présence de sang dans les selles, qui leur donne un aspect brun foncé ou noir
  • crampes ou douleurs abdominales
  • faiblesse et fatigue
  • perte de poids involontaire

Beaucoup de ces symptômes peuvent également être causés par d’autres maladies telles que des infections, des hémorroïdes ou le syndrome du côlon irritable. Ils devraient toutefois être examinés par un médecin.

Facteurs de risque de cancer colorectal

Les chercheurs ont trouvé plusieurs facteurs pouvant augmenter le risque de polypes intestinaux ou de cancer colorectal. Certains d’entre eux dépendent du mode de vie personnel et peuvent donc être évités ou du moins réduits:

Facteurs de risque pouvant être influencés:

  • surpoids ou obésité
  • activité physique insuffisante
  • consommation excessive de viande rouge
  • consommation d’alcool
  • tabagisme

Facteurs de risque qui ne peuvent pas être influencés:

  • âge
  • sexe (les hommes sont un peu plus souvent touchés que les femmes)
  • prédisposition génétique

Dans les cas suivants, il existe un risque accru de cancer colorectal:

  • apparition précoce de polypes intestinaux
  • cancer colorectal ou polypes intestinaux chez les parents ou les frères et sœurs
  • présence d’une maladie inflammatoire chronique (p. ex. maladie de Crohn ou colite ulcéreuse)

Les personnes qui sont exposées à un ou plusieurs de ces risques peuvent être atteintes d’un cancer colorectal.

Prévention du cancer colorectal

Il n’y a pas de manière sûre de prévenir le cancer colorectal. Mais un mode de vie sain peut contribuer à réduire le risque de tomber malade:

  • Maintenez votre poids dans la plage normale.
  • Faites suffisamment d’exercice physique.
  • Mangez peu de viande rouge, mais suffisamment d’aliments riches en fibres (p. ex. produits aux céréales complètes, légumes et fruits).
  • Buvez peu d’alcool.
  • Ne fumez pas.
  • Profitez des possibilités de détection précoce du cancer colorectal.

Une détection précoce du cancer colorectal est importante

Si le cancer colorectal est détecté à un stade précoce, il est curable dans la plupart des cas. C’est pourquoi les examens préventifs sont importants. Le «test du sang dans les selles» et la coloscopie sont deux méthodes éprouvées pour découvrir le cancer colorectal et ses étapes préliminaires.


Test du sang dans les selles

Le «test du sang dans les selles» peut être effectué de façon autonome à domicile. Il est disponible chez le médecin ou en pharmacie. Le test détecte même les traces invisibles de sang dans les selles, qui peuvent présumer un cancer colorectal ou des étapes préliminaires d’une maladie intestinale, les polypes. La fiabilité du test est bonne s’il est réalisé tous les deux ans.

Coloscopie

La coloscopie) est une méthode très fiable pour le dépistage du cancer colorectal. Un spécialiste examine ce faisant l’intérieur de l’intestin avec un tuyau souple et une petite caméra. Celle-ci transmet les images de l’intestin directement sur un écran. Ainsi, une tumeur peut être détectée avec une grande probabilité et les polypes possibles peuvent être éliminés directement. L’examen dure environ 20 à 30 minutes et est généralement peu douloureux.

Le cancer colorectal est le troisième type de cancer le plus fréquent en Suisse. Un mode de vie sain peut contribuer à réduire le risque de tomber malade.

Le cancer colorectal est le troisième type de cancer le plus fréquent en Suisse. Un mode de vie sain peut contribuer à réduire le risque de tomber malade.


CH-NON-00751, 08/2020