Cancer du col de l’utérus – ce que vous devez savoir

Le cancer du col de l'utérus est une maladie assez rare en Suisse. Il est guérissable s'il est diagnostiqué précocement et pris en charge efficacement. La plupart des cas de cancer du col de l'utérus peuvent être prévenus grâce à la vaccination contre les HPV et à d'autres mesures de prévention telles que le dépistage et le traitement des lésions précancéreuses. Plus d'informations ici.

31 mars 2022

Share this article

article hero thumbnail

En Suisse, un cancer du col de l’utérus est diagnostiqué chez quelque 250 femmes chaque année et il tue environ 70 femmes par an. Le taux de nouveaux cas augmente entre l’âge de 25 et 44 ans. Cela en fait le treizième cancer le plus fréquent chez les femmes suisses. En 2020, on a diagnostiqué un cancer du col de l’utérus chez plus de 600 000 femmes dans le monde, et plus de 340 000 femmes en sont décédées.

Origine et formes du cancer du col de l’utérus

Dans la quasi-totalité des cas, le cancer du col de l’utérus se développe dans les cellules superficielles ou glandulaires du col de l’utérus. En langage technique, le cancer du col de l’utérus est donc nommé «carcinome cervical» (du latin cervix = col).

Le col de l’utérus se compose de deux parties et est recouvert de deux types de cellules.

  • L’endocol est l’ouverture du col de l’utérus qui mène à l’utérus. Il est recouvert de cellules glandulaires.

  • L’exocol (ou ectocol) est la partie extérieure du col de l’utérus qui est visible par le médecin pendant l’examen. Il est recouvert de cellules épidermoïdes.

L’endroit où ces deux types de cellules se rencontrent dans le col de l’utérus est appelé la zone de transformation. L’emplacement exact de la zone de transformation change à mesure que vous vieillissez et si vous accouchez. La plupart des cancers du col de l’utérus commencent dans les cellules de la zone de transformation.

Pré-cancers du col de l’utérus

Tout d’abord, les cellules normales du col de l’utérus développent progressivement des changements anormaux appelés «précancéreux». Il est possible qu’un stade précancéreux évolue en cancer du col de l’utérus. Il est donc important de contrôler régulièrement les lésions précancéreuses et de les traiter si nécessaire.

Types de cancers du col de l’utérus

Les cancers et pré-cancers du col de l’utérus sont classifiés en fonction de leur aspect au microscope. Les principaux types de cancers du col de l’utérus sont les adénocarcinomes et les carcinomes épidermoïdes.

  • Les carcinomes épidermoïdes se développent à partir de cellules de l’exocol et commencent généralement dans la zone de transformation.
  • Les adénocarcinomes se développent à partir des cellules glandulaires de l’endocol qui sécrètent la glaire.

Plus rarement, il existe des carcinomes adénosquameux ou mixtes présentant des caractéristiques des deux types.

Symptômes du cancer du col de l’utérus

Les lésions précancéreuses du col de l’utérus ne présentent généralement aucun symptôme. Les symptômes n’apparaissent habituellement qu’à un stade avancé. Ils peuvent inclure ce qui suit:

  • Saignement vaginal inhabituel (saignement après les rapports, après la ménopause, entre les règles).
  • Pertes vaginales malodorantes
  • Douleur dans le bas de l’abdomen
  • Perte de poids inexpliquée

Les plaintes susmentionnées peuvent également avoir d’autres causes. Toutefois, en présence d’un ou de plusieurs de ces symptômes, il convient de consulter un médecin.

Facteurs de risque

Le principal facteur de risque de cancer du col de l’utérus est une infection par le papillomavirus humain (HPV). Cela concerne environ 99% des cas. Les HPV sont extrêmement fréquents et transmis par contact sexuel.

Les autres facteurs de risque possibles englobent:

  • une activité sexuelle précoce
  • un grand nombre de partenaires sexuels
  • un partenaire considéré comme étant à haut risque (personne atteinte d’une infection à HPV ou ayant un grand nombre de partenaires sexuels)
  • le tabagisme
  • un système immunitaire affaibli
  • l’utilisation à long terme de la pilule contraceptive

Prévention par la vaccination

Les adolescents et jeunes adultes peuvent se protéger contre les types de HPV les plus dangereux par le vaccin.

La vaccination vise à réduire le risque de contracter un HPV dangereux. En Suisse, la vaccination contre les HPV est gratuite pour tous les adolescents et jeunes adultes entre 11 et 26 ans dans le cadre des programmes de vaccination cantonaux.

Détection précoce

Le meilleur moyen de détection précoce consiste en un dépistage régulier effectué par le gynécologue à l’aide d’un frottis (prélèvement de cellules du col de l’utérus, qui sont examinées en laboratoire pour détecter les lésions cancéreuses et précancéreuses) et/ou un test HPV (examen de cellules du col de l’utérus afin de détecter des fragments d’ADN des papillomavirus humains les plus susceptibles d’entraîner un cancer du col).

Traitement

Le cancer du col de l’utérus est l’une des formes de cancer les mieux traitables, à condition qu’il soit détecté précocement et pris en charge efficacement. Les options de traitement englobent la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, la thérapie ciblée, l’immunothérapie et les meilleurs soins de soutien.

CH-NON-00150, 12/2021